Sélectionner une page

La question du lundi sera plutôt une réflexion. Ma réflexion sur l’expression « manger ses émotions. »

Manger une émotion, est-ce ce que ça se peut?

C’est assez difficile à attrapper, encore plus difficile de la manger!!

Mais il y a bel et bien un rapport entre les émotionset la mangeaison! (mot inventé qui rime!) (ne pas

confondre avec dé-mangeaison!!)

Ce qui se passe en fait, c’est que je vis une émotion qui n’est pas confortable. Là, je parle au JE et je vous

raconte comment ça se passe dans mon monde à moi.

Un exemple réel qui m’est arrivé. Ce matin. Je regarde mon agenda pour l’après-midi. J’ai écrit en

gros, Appeler XYZ. (je ne sais pas elle vient d’où pour porter un nom pareil!). Je change son nom pour

l’histoire vous aurez compris!

En lisant son nom, je viens toute croche. Je ne veux pas l’appeler. je veux ET je ne veux pas. Je veux

parce que c’est ma prochaine étape dans le développement de ma business. Je veux développer

un partenariat avec cette personne. Et y a cette petite voix qui se pointe et qui me chuchotte  » t’es

qui toi pour faire affaire avec cette personne »…et je n’entends que ça. Ça ne chuchotte plus, ça me crie à

pleine tête!!

Le doute s’installe, je n’ai plus confiance en moi et je referme l’agenda pour ne plus voir son nom.

Mais je reste avec mon doute et toutes les questions du genre: je vais lui dire quoi, comment l’aborder,

que va t-elle penser de mon offre… bla bla bla. ET là, en complète inconscience, j’ouvre le frigo, j’attrape

le plat de yogourt et je plonge dedans! Si j’avais eu une pelle pour manger je l’aurais pris! 15 secondes

black out.

J’ai mangé du yogourt, je n’aurais même pas pu vous dire il était à quoi tellement je ne goûtais rien.

PUIS, stop. Je m’arrête. Je dépose mon plat et je me demande

en douceur « tu as faim de quoi ma belle Any ». Parce qu’il est clair que je n’avais pas faim pour manger à

me voir aller! J’avais faim de confiance, faim d’estime de moi, faim de fierté de ce que j’ai à

présenter, faim d’amour de moi et d’acceptation de mon statut de débutante. Y a pas un yogourt ni une

tarte au sucre ou un chips au Ketchup qui aurait pu me nourrir de tout ça!!

Voilà ce que veut dire manger ses émotions. C’est manger pour calmer l’émotion quand on pense qu’il

n’y a pas d’autres moyens pour s’occuper de soi. Moi je mange. D’autres boivent, du coke, de l’alcool.

D’autres fument. D’autres vont dépenser. D’autres veulent du sexe. D’autres deviennent en colère.

D’autres s’arrachent les cheveux. On ne fait pas ça pour mal faire. On tente au contraire d’apaiser notre

souffrance. Parce que c’est souffrant d’entendre la petite voix qui dit qu’on n’est pas assez, qu’on n’a

pas ce qu’il faut etc etc.

Je suis de plus en plus consciente de mes allersvenues au frigo et au garde-manger. Je m’attrape

souvent avant d’avoir la main dans le sac ou la pelle dans le plat!!

Je prends le temps de me poser la question, « de quoi t’as faim » et laisser monter la réponse.

De la confiance et de l’estime, il ne s’en vend pas en tablette ni en vrac. Ça se cultive dans son propre

jardin! Reconnaître ma valeur et surtout me poser la question c’est quoi la différence que je veux faire

dans le monde, moi? Je veux être celle qui fait bouger les gens, dans le plaisir, dans la nature, dans

l’harmonie, peu importe les formes qu’ils ont. Je veux rayonner et être « Anymée » et permettre à mon

entourage de rayonner. Quand je me reconnecte à cette grande mission, je ne suis plus toute croche, je

suis même excitée à prendre le téléphone et à appeler ABC!!! (C’est son nom de famille!!) À suivre

pour le partenariat!

Si cette réflexion en amène une autre, tant mieux. Si vous croyez qu’elle peut éclairer la route de

quelqu,un, partagez-lui. Avec amour

Any